Accueil transports Unicycles ou sphériques, ces concepts de véhicules alternatifs

Unicycles ou sphériques, ces concepts de véhicules alternatifs

0 1887
Après les véhicules à vis.… et d’autres concepts de véhicules bizarres… voici venir les véhicules a une roue, le plus souvent celle ci étant la partie principale dudit moyen de transport, ou sphériques…
Eu égard aux nombreux concepts qui aujourd’hui encore se basent sur cette idée (jusque dans Steamboy d’Otomo), on peut légitimement parler de fascination concernant le concept de voiture ou de transport unicycle. La plupart de ces concepts furent publiés dans une revue américaine Popular Mechanics…

On commence en 1914 avec l’automotrice à air... qui était capable d’atteindre selon la revue précitée 67 miles à l’heure sur une roue de plus de 2m de rayon, un anneau an aluminium sur lequel repose la roue elle même… Quand bien même le véhicule semble posséder un volant, la direction fonctionne en… se penchant… et à l’arrêt 4 patins l’empêchent de tomber…

C’est en 1917 que l’automotrice à air d’Harlingue (du nom de son inventeur A.F. D’Harlingue) est conceptualisée. Plus grand rayon, plus de motorisation, le concept est proche mais avec de petites différences telles que le rajout d’une petite roue à l’avant pour aider à gouverner, enfin, le chauffeur est placé dans une nacelle un peu décalée par rapport à la roue… Concept qui fut rejeté en son temps car considéré plutôt à raison comme inefficace et mal équilibré…

Plus grande, plus impressionnante, plus folle… la « Chistie Monowheel » du Professeur E.J. Christie. Ce monstre de 4 mètres nécessitait un moteur pour la propulsion, un second utilisé pour le gouvernail et les gyros stabilisateurs…. Ce fut l’un des rares concepts à atteindre le stade de la construction, et si les déclarations de son constructeur par rapport à ses capacités ne furent jamais réalisées, elle reste l’un des plus aboutis concepts de ce début de siècle

Le Velocita, une invention d’un policier italien du nom de Davide Gislaghi qui connait aujourd’hui encore… un certain succès.
Celui ci abandonne l’hélice et fonctionne davantage comme une moto. Toutes les pièces mobiles étaient attachés à un cercle restreint qui était séparé par des rouleaux du pneu extérieur.

L’orientation verticale du pilote était maintenue principalement par le poids du moteur. Selon l’inventeur la machine pouvait atteindre jusqu’à 160 km à l’heure.

Gislaghi conduisit sa création de Milan à Rome, puis la conduisit autour du Stade national pour gagner un pari contre ceux qui disaient qu’elle ne fonctionnerait jamais.

Mai 1932 – La Dynasphere

A ne pas confondre avec le Dinesphere, ce « beignet roulant » est un unicycle créé par l’anglais Dr. JH Purves  dont l’idée était de créer une forme de  locomotion réduite à sa forme la plus simple possible.

Purves construisit au moins deux Dynaspheres – ou Dynospheres, selon certaines sources – le premier basé sur la roue de 10 pieds fonctionnant à l’essence, le deuxième plus petit, une version électrique. La roue était courbée comme si elle avait été tranchée dans une sphère, ce qui permettait au conducteur de diriger en déplaçant son poids d’un côté à côté, inclinant la roue entière. Dans une prochaine version, la direction devait fonctionner en déplaçant la cabine mécaniquement. La coque extérieure fut construite à partir d’un treillis métallique dont on peut seulement supposer qu’il a laissé un motif gaufré géant dans l’asphalte.

Novembre 1933 – Le « mono-tank »

Il aurait pu être le plus incroyable d’entre tous, mais on a finalement très peu d’informations… puisqu’en debors de la couverture du Popular Science, ce véhicuk est à peine mentionné dans l’article. Celui ci parle plutôt d’une adaptation militaire de ce concept conçu par un inventeur sans nom à New York.

Pourtant, la description est assez fascinante. «Soudain, à travers la fumée produitte lors d’une rude bataille… une ruée étrange, des chars de combat pour un seul homme. » Enfermé dans une coque d’acier, le conducteur regardait à travers un hublot sa mitrailleuse intégrée faire feu. (…)deux « béquilles » extensibles le pousseraient du sol pour l’aider a passer au dessus des obstacles. En attachant des nageoires et en inversant les roues arrière , le monocycle pouvait rouler à travers l’eau. »

La roue sur la couverture est un variante du véhicule … sans le corps blindés ou les béquilles … conçus pour un usage routier. »

September 1933 – Dandini’s Marine Vessel

Septembre 1933 – Navire Marine Dandini est

Bizarre parmi les  bizarres», ce véhicule est peut être la « roue » la plus ridiculement compliquée jamais conçue. La roue géante équipée de nageoires, était destinée à flotter sur un plan d’eau tandis qu’un moteur diesel laminé à l’intérieur comme un hamster dans une roue de hamster la faisait tourner. La direction devait être décidée en utilisant des hélices de chaque côté de la chose…

July 1936 – The Tumbleweed Tank

On arrive enfin au Tank « Tumbleweed », une sphère propulsée par un moteur interne et des taquets de traction externe pour le propulser. Les passagers sont entassés dans la sphère proprement dite, avec le moteur. La coque extérieure est divisée en deux hémisphères, laissant des sections stationnaires sur les côtés et verticalement au milieu, à travers laquelle ses passagers pourraient faire feu… Son inventeur, A.J. Richardson, a breveté l’idée comme un combiné d' »autoball et de boule blindée».

Son idée était plus ou moins celle d’un bunker mobile, capable de supporter le feu ennemi en avançant sur son terrain et de répliquer à celui ci. La sphère devait permettre aux projectiles ennemis de « ricocher…

NO COMMENTS

Leave a Reply