Accueil transports Les véhicules à vis, un mode de propulsion oublié

Les véhicules à vis, un mode de propulsion oublié

3 29243

Vous les avez déjà croisés dans des articles sur les véhicules motorisés soviétiques de la 2e guerre mondiale, les re voici, les véhicules qui avancent sans roues grâce au mouvement sans fin de la vis. Plutôt réservés à des environnements hostiles (notamment du fait des dégâts qu’ils entrainent sur l’environnement (grosses ornières). L’idée de ce genre de propulsion est née en 1868,  issue de l’imagination de l’inventeur américain Jacob Morath qui conceptualisa ‘un véhicule « à vis » automotrice.

Le principe en lui même est assez simple. L’idée de base d’un véhicule « à vis » automotrice est assez simple: au lieu de roues ou de chenilles, le véhicule es propulsé par « des cylindres vis munis d’une bride en hélice. » Plus concrètement, imaginez une machine qui se traîne littéralement sur le sol sur une paire de vis géantes. Pour avancer ou tourner c’est simple, vous utiliser les deux vis ou une seule à la fois, en faisant tourner votre vis dans un sens ou dans l’autre. Il faudra attendre 1907 pour qu’un véhicule utilisant ce mode de propulsion soit véritablement construit : James et Ira Peavey, ont créée un vis automotrice pour les aider dans le cadre de leur exploitations forestières dans le Maine. La machine s’est révélé très utile puisqu’elle  pouvait se déplacer aussi bien dans la neige que dans  la boue, de plus son entretien était beaucoup plus simple. Cette machine inspira la création du tracteur motorisé à vis de Fordson qui connu un réel succès vers 1929, le véhicule pouvant tracter 12 tonnes de bois derrière lui !

En dehors de celui ci, ce mode de propulsion ne connu que peu de succès. Il fautdra donc attendre la Seconde Guerre mondiale pour que l’idée d’une machine de guerre vis-à propulsion intrigue l’excentrique génie Geoffrey Pyke –  l’inventeur du porte-avions iceberg dont nous avons aussi déjà parlé….  La « Belette » (Weasel)  petite machine d’attaque rapide fut rapidement abandonné, on passa même à un modèle à chenilles plutôt qu’a vis, une fois que l’armée se fut emparée du concept.

Ce sont finalement les soviétiques (après les avoir piquées au nazis qui avaient réussit à mettre la main sur l’un de ces véhicules qui développèrent ce mode de « propulsion en commençant par ces prototypes de travail pour l’armée soviétique:

ou associé a des motoneiges…

Les américains ne revinrent vers ce genre de véhicules qu’à l’occasion de la guerre du Vietnam, notamment dans une version amphibie. L’armée américaine ne fut pas convaincue…

Ce sont les soviétiques qui développèrent finalement le « blue bird » ou ZIL-2906, spécialement conçu pour aller là où aucun homme n’a jamais voulu aller – dans leur cas, pour récupérer les cosmonautes sur de sites d’atterrissage éloignées.

S’il existe encore quelques véhicules de ce type en Ukraine, ou en Russie, utilisé principalement dans des exploitations forestières ou agricoles, le concept a été le plus souvent abandonné. Quelques designers et inventeurs imaginent pourtant encore des utilisations possible à ce mode de propulsion

3 Commentaires

  1. Bonjour,

    Est-ce que quelqu’un sait pourquoi ce type de propulsion n’a plus été développer?

    merci vous pouvez me répondre par mail.

    Joakim

    • Peu connu déjà, son « impact » en terme d’usure des terrains sur lesquels il était utilisé a limité l’intérêt de l’industrie pour se modèle, en plus probablement d’une compatibilité limitée avec des systèmes plus classiques et beaucoup plus répandus.

  2. […] Après les véhicules à vis.… et d’autres concepts de véhicules bizarres… voici venir les véhicules a une roue, le plus souvent celle ci étant la partie principale dudit moyen de transport, ou sphériques… Eu égard aux nombreux concepts qui aujourd’hui encore se basent sur cette idée (jusque dans Steamboy d’Otomo), on peut légitimement parler de fascination concernant le concept de voiture ou de transport unicycle. La plupart de ces concepts furent publiés dans une revue américaine Popular Mechanics… […]

Leave a Reply