Accueil Séries TV Les séries TV de Gerry Anderson 1/2 : les séries de marionnettes

Les séries TV de Gerry Anderson 1/2 : les séries de marionnettes

0 20116

Parmi les réalisateurs de série télévisée, Gerry Anderson est celui qui s’est rendu célèbre pour ses créations futuristes, souvent avec des marionnettes,utilisant un processus appelé «Supermarionation ». C’est surtout le plus prolifique créateur de séries de SF, notamment à base de marionnettes qui l’ont rendu mondialement célèbre. Il est tout simplement l’un des plus grands créateurs de séries télévisées de l’histoire de ce média… et pourtant relativement méconnu aujourd’hui.

Né à le 14 avril 1929, à Londres, il passe les premières années de sa vie à Kilburn, et Neasden au nord de la capitale. Il commence une carrière dans la photographie et après la guerre obtient un stage au British Colonial Film. Service militaire pluie free-lance sur plusieurs long métrages, il développe son expérience. Il faut attendre les années 50 pour qu’Anderson a rejoigne une société de production indépendante de télévision : Polytechnique Studios, en tant que directeur, et rencontre le caméraman Arthur Provis avec qui en compagnie de, Reg Hill et John Read va créer Pentagon Films en 1957. Peu de temps après Pentagon sombre et Anderson et Provis formé une nouvelle société, AP Films.

C’est avec cette société qu’il va commencer les séries à base de marionnettes : Les aventures de Twizzle (1957-1958)une série pour les jeunes enfants sur une poupée avec des jambes qui s’allonge et des bras ultra mobiles. C’est le début
de sa longue et fructueuse collaboration avec le marionnettiste Christine Glanville, le technicien d’effets spéciaux Derek Meddings et compositeur / arrangeur Barry Gray.

A la suite des Aventures de Twizzle, Anderson développe « Torchy Boy batterie » (1958-1959). Malgré le succès que lui ont toujours apportées ses « séries de marionnettes » Anderson a toujours souhaité faire du cinéma plus classique. Sa série suivante Four Feather Falls (1959-1960) est encore une fois une série de marionnettes. Malgré le succès de cette série, aucune suite n’est commandée, et Anderson échoue par ailleurs sur le grand écran

Ce sera donc encore une série Supercar, (1960-1961) est aussi la première utilisation officielle de Supermarionation, le système électronique qui rend les marionnettes plus vivantes et plus convaincantes à l’écran. Le système utilise le signal audio à partir des bandes pré-enregistrées de la voix des acteurs pour déclencher solénoïdes installés dans des têtes de marionnettes, permettant une synchronisation exacte avec les voix des acteurs.

L’une des initiatives les plus réussies d’Anderson fut au cours de la production de Supercar, la création d’AP Films (Merchandising) Ltd, une société distincte mis en place pour gérer les licences des droits de merchandising lui permettant de gérer les licences dune vaste gamme de jouets, livres, magazines et articles connexes. Le succès des séries garantissant le succès des jouets qui se vendaient eux aussi très bien.

Vient ensuite « Space Adventure Fireball XL5 » (1962) et c’était le plus grand succès de l’entreprise encore, devenant ainsi la première série Anderson vendue à une chaîne de télévision américaine (NBC).

Four Feathers Falls

Supercar

Fireball rocket XL5

Peu de temps après son rachat, l’APF commence la production d’une série nouvelle marionnette, Stingray (1964), la première a être filmée en couleur, dans de nouvelles installations leur permettant d’apporter des améliorations majeures aux effets spéciaux, notamment dans les séquences sous-marines, ainsi que les progrès dans l’animation de la marionnette, avec l’utilisation d’une variété de têtes interchangeables pour chaque caractère afin de proposer des expressions différentes.

Stingray


Le projet suivant fut inspiré par une catastrophe minière en Allemagne de l’Ouest en Octobre 1963. Ce drame inspira a Anderson la création d’un nouveau « programme » sur une organisation de secours, qui reste sa série la plus célèbre et populaire : Thunderbirds (1964-1966).

Alors que la production sur Thunderbirds était en cours depuis plusieurs mois, la version finale du pilote de 25 minutes « Trapped in the Sky» excita tant la production que le format des épisodes passa à 50 minutes avec un budget et une production restructurés pour supporter la masse de travail. L’APF fut rebaptisée alors Century 21 Productions.
L’incroyable succès des « Thunderbirds » apporte à Anderson une renommée mondiale. Cette série de 32 épisodes ne démarre pourtant pas bien aux Etats Unis qui n’en diffusent qu’une version tronquée…. mais le succès auprès du jeune public au Royaume-Uni, en Australie et dans d’autres pays et reste aujourd’hui un succès majeur. Thunderbirds reste aujourd’hui encore un souvenir fort pour les millions de fans de cette série à la fois par la multiplicité des vaisseaux, les personnages sans oublier la musique…

Alors que Thunderbird fait exploser le couple d’Anderson, la production avait commencée une nouvelle série, Royal-Mail-Stamps-FAB-Gerry-Anderson-Captain-ScarletCapitain Scarlet (1967), avec l’avènement de plusieurs personnages de marionnettes réalistes qui, grâce à des améliorations dans l’électronique qui ont permis la miniaturisation des mécanismes de lip-sync, celles ci pouvaient désormais être construites à des tailles de proportions humaines.

Les personnages deviennent plus « réalistes », s’éloignant progressivement au fur à mesure des séries des visages caricaturaux des débuts.

Captain Scarlet

Parallèlement à la production de cette série, Century 21 produit déjà un deuxième long métrage, Thunderbird 6 qui est malheureusement un échec encore plus grand que le premier, aggravant les problèmes posés par leur avant dernière série : « Joe 90 » (1968). Cette série plus orientée vers un public jeune et raconte les aventures d’un jeune garçon qui est aussi un agent secret et dont le père scientifique utilise un superordinateur appelé ‘Big Rat »qui peut« programmer »Joe avec des connaissances et des aptitudes spéciales pour ses missions. Le succès n’est pas au rendez vous…

Avant que le dernier projet d’Anderson Supermarionation ne soit produit, il se lance au travers de Century 21 sur un projet de long métrage, son troisième. Doppelgänger (1969) est un film de science-fiction qui conte l’histoire d’un astronaute qui se déplace vers une planète nouvellement découverte à l’exact opposé de la terre par rapport au soleil, et qui s’avère être une copie conforme. Malgré la présence de l’acteur américain Roy Thinnes, célèbre à l’époque pour son rôle dans la série « Les Envahisseurs », le film n’est pas un grand succès commercial quand bien même il sera reconnu pour la qualité de ses effets spéciaux.

La dernière série de marionnettes de Century 21 fut « Secret Service », qui, était un mélange de prise de vues réelles et de Supermarionation. La série était inspirée par le style du comédien Stanley Unwin, connu pour son langage plein de non-sens, «Unwinese», qu’il a créé et utilisé à la radio. Malgré l’expérience reconnue d’Anderson et la popularité d’Unwin, la série fut annulée avant sa première projection et seuls 13épisodes furent produits. Désormais Gerry Anderson allait passer à un autre genre de séries, finies les marionnettes…

NO COMMENTS

Leave a Reply