Accueil Photographie Pays cathare 2011 : Village de Minerve et abbaye de saint Papoul

Pays cathare 2011 : Village de Minerve et abbaye de saint Papoul

2 3207

Le village de Minerve s’il n’est pas… l’un des plus beaux que j’ai vus (même s’il est classé parmi les plus beaux villages de France, se trouve sur un éperon calcaire dans un canyon aux falaise abruptes qui semble couper la région en deux. La vue en arrivant est impressionnante et il mérite la visite… quelques photos donc de Minerve.

Le village apparaît à l’extrémité d’un plateau calcaire bordé de falaises abruptes dans un fantastique paysage minéral et tourmenté. L’origine de Minerve semble antérieure à la forteresse des vicomtes du Minervois construite au XIe siècle. Reliée au causse par un pont levis, celle-ci sera l’un des bastions cathares assiégés par Simon de Montfort en 1210. Outre les vestiges du château du XIIe siècle,les ruelles du village bordées d’antiques maisons sobrement construites en pierre du causse attirent le regard.

L’abbaye de Saint Papoul n’était pas loin… si elle n’a pas le charme d’abbayes plus « anciennes » (beaucoup d’éléments récent), c’est un lieu agréable, à découvrir aussi.

Fondée au VIIIème siècle, l’abbaye bénédictine de Saint-Papoul est intimement liée à la figure de Saint-Papoul. Cet évangélisateur du Lauragais, disciple de Saint-Sernin, le premier évêque de Toulouse, fut probablement martyrisé dans la localité.
Pourtant, c’est la personnalité de Saint-Bérenger qui fera sa renommé à partir du XIème siècle. Le futur Saint-Bérenger prit l’habit monastique à Saint-Papoul où il mena une vie d’ascèse jusqu’à sa mort. Faisant l’objet d’une dévotion particulière, sa sépulture prétendue miraculeuse entraîna longtemps les pèlerins vers l’abbaye devenue prospère.
En 1119, Saint-Papoul fut possession de l’abbaye d’Alet, alors très puissante. Son âge d’or intervient au XIVème siècle grâce à la création de l’évêché de Saint-Papoul par le pape Jean XXII, en 1317. C’est au second évêque de Saint-Papoul, Raymond de Mostuejouls, que l’on doit la rédaction des statuts concernant le chapitre de la cathédrale (1320).
Par la suite, l’abbaye connu différentes agressions notamment le pillage des « routiers » en 1361 ou la colère des troupes protestantes en 1595. L’attention des évêques se porta donc rapidement sur l’état de dégradation de l’abbaye. Pierre Soybert, évêque dès 1426, réhabilita la totalité des bâtiments. Puis, les XVIIème et XVIIIème siècles, virent d’importants travaux de consolidation et la construction du palais épiscopal.
Le cloître connaît de graves dommages à la Révolution qui fut aussi la fin de l’évêché de Saint-Papoul. Il fallut attendre 1840 pour que commence sa restauration.

2 Commentaires

Leave a Reply