Accueil musique Boombox ou ghettoblaster, une des premières révolutions dans la musique

Boombox ou ghettoblaster, une des premières révolutions dans la musique

1 4416

La boombox, également connue sous le nom de ghetto blaster, jambox, wogbox était un appareil capable de recevoir les stations de radio et de jouer des cassettes ou CD, généralement à un volume relativement élevé. Commercialisées par différentes compagnies différentes à la fin des années 1970, elles ont vraiment commencées à être connues et devenir un symbole avec le breakdance et la culture hip hop. A cette époque, les grands fabricants étaient en compétition pour être celui qui pourrait produire le ghetto blaster qui envoie le plus fort, soit le plus flashy et / ou original.

Techniquement un boombox est, réduit à sa plus simple expression, deux ou plusieurs haut-parleurs, un amplificateur, un tuner radio, et une cassette et / ou un composant lecteur de CD, le tout logé dans un plastique simple ou boîtier métallique, avec une poignée pour une portabilité. La plupart des unités peuvent être alimentés par des câbles AC ou DC, ainsi que des batteries.

La qualité audio et les fonctionnalités variait largement, avec des modèles haut de gamme offrant un son comparable à certains systèmes stéréo « de maison ». La plupart d’entre elles ont été fabriquées au Japon par Aiwa, Hitachi, JVC, Panasonic, Sharp, Sony et Toshiba.

Des modèles plus sophistiqués peuvent présenter des platines cassette double , basse séparé et contrôles au niveau des aigus, de cinq ou dix-bandes des égaliseurs graphiques, de réduction de bruit Dolby, le niveau sonore analogique ou LED (VU), les grands parleurs, contrôle «soft-touch » magnétophone, de multiples bandes de réception à ondes courtes (SW) avec réglage précis/automatique des fonctions de recherche de chansons pour les cassettes, en ligne et / ou phono entrées et sorties, les entrées micro et haut-parleurs détachables. Une poignée de modèles proposaient même une entrée pour les platines vinyle a fins d’enregistrement, un lecteur de bandes 8-piste ou un écran de télévision (généralement en noir et blanc), bien que la base radio / cassette modèles ont historiquement été de loin le plus populaire.

Le ghetto blaster terme est apparu aux Etats-Unis comme un synonyme, et reflète la popularité des boombox pour ce qui était du son dans les quartiers noirs des grandes villes américaines (notamment New York)  dans les zones urbaines quartiers afro-américains. En Angleterre c’est le terme «boombox» qui est devenu le plus courant ainsi qu’en Australie. Un autre nom populaire au Royaume-Uni était le «cartable Brixton » (Brixton case), qui faisait référence à la banlieue majoritairement noire du sud de Londres.

La popularité des ces grosses chaînes stéréo portables a diminué dans les années 1990, même si quelques modèles continuent encore d’être fabriqués. La forme rectangulaire, angulaire, esthétique chromée de modèles des années 1980 ont été remplacées par du plastique noir dans les années 1990, et un design moderne avec des courbes au lieu d’angle droit. Les dessins de modèles plus anciens sont une source intarissable d’attraction pour les amateurs et les collectionneurs.

Bien avant que le son ne se « privatise » avec les walkman puis les MD ou les players mp3, le ghetto blaster était le moyen d’emporter la musique avec soit, de la faire partager. Cette machine à marquée une époque dans notre relation à la musique, en même temps que les débuts du hip hop dont elle a fondamentalement écrit l’histoire….Et sa portée va au delà de la technologie…. Elle a été un vecteur de diffusion de la musique, de partage, à une époque où le hip hop était encore perçu comme un vecteur de développement pour la communauté noire, un vecteur d’éducation. Elle est synonyme d’une époque comme rarement un objet l’aura été.

Pour en savoir plus le très complet (en anglais) Boombox museum

1 COMMENT

Leave a Reply