Accueil Interview du mois L’interview du mois : Gilles Alonso, le photographe qui aimait les femmes

L’interview du mois : Gilles Alonso, le photographe qui aimait les femmes

3 3343


Le titre, volontairement emprunté à un titre de film est à l’image de ce photographe dont les mises en scènes cinématographiques et de magnifiques modèles féminins sont la marque de fabrique. Nombre d’entre vous ont déjà croisé sur des forums ses portraits millimétrés et enviés son carnet d’adresse, on a même parlé de se venger…  Au passage si vous avez accès à des lieux insolites ou aux toits de l’opéra, n’hésitez pas à le contacter… C’est aujourd’hui un homme qui se définit lui même comme parlant peu que je vais vous présenter : Gilles Alonso


Pour en découvrir (beaucoup plus) il y a son site

Peux tu te présenter en quelques mots ?
Alors….pour l’instant j’ai 39 ans, pour l’instant j’habite Limoges et pour l’instant je suis prof de graphisme…
Voilà 3 données variables pour me définir rapidement…

Comment es tu venu à la photographie?
A l’adolescence comme beaucoup je pense. Un praktica BC1 acheté à la Redoute, je m’en souviens très bien…

Tu photographies principalement des modèles féminins, qu’est ce qui motive cette préférence (au delà du fait qu’elles sont charmantes) ?
Question qui revient très souvent et à laquelle je n’ai pas vraiment de réponse…Je pense que je n’ai pas vraiment trouvé d’angle d’attaque pour photographier des hommes ni d’homme ni de « gueule » qui me fasse franchir le cap, mais ça viendra!
Ce sera sûrement quelqu’un de plus de 30 ans, je trouve les visages masculins plus intéressants après cet âge.

Quelle place tient la mise en scène dans tes photos , comment procèdes tu ?
J’ai commencé le portrait par de l’instantané/improvisé/itinérant mais depuis quelques temps j’ai en effet envie de plus de mises en scène. C’est le cinéma qui m’inspire le plus pour imaginer ces scènes. Je procède regardant beaucoup d’images et de films sur le thème que je veux traiter!
J’oublie tout mais inconsciemment je pense que ça guide au moment de la prise de vue!

Comment choisis tu tes modèles ?
Pas de façon particulière…C’est souvent un visage qui m’arrête. Cela peut être un book de comédienne ou une amie d’ami!
Cependant je préfère largement les comédiennes aux modèles…elles dégagent plus de choses à mon avis.

Quelle place tiens le modèle dans une prise de vue avec toi? Passive, active? Propose t elle des poses ou as tu déjà à l’avance tes idées?
J’aime les gens qui ont des idées et qui proposent!
La séance est un échange pas un qui dicte à l’autre ce qu’il doit faire. Si je dois guider, ce sera en guidant vers une émotion ressentie (tristesse, colère etc…) plus qu’une pose précise.

Quelle place tiens le matériel dans tes photographies
j’ai du bon matériel donc j’aurais beau jeu de dire « aucune place »… Mais en mauvais technicien je choisis du bon matériel pour que l’outil ne m’arrête pas au moment de retranscrire mes idées.

Comment choisis tu les lieux ?  Quels lieux que tu as utilisés t’on laissé les plus fortes impressions ?
J’adore les lieux!
Je pense que c’est ce qui occupe le plus mon esprit au moment de la préparation. Je suis capable de me perdre pour trouver un lieu inconnu ou au contraire d’essayer de valoriser des lieux communs banals mais que j’aime… Dans mes bons souvenirs, le métro, les toits parisiens, mais aussi certains coins de nature assez magiques.

Quels lieux te font rêver? Si dans l’absolu tu pouvais y shooter…
Trop ! par exemple, le temple de Petra, le toit de l’Opéra Garnier, un wagon d’Orient Express, le lac salé, une base de sous-marins, un toit new-yorkais et énormément d’autres…

Au delà des tes photos de modèles tu expérimentes pas mal (gigapan, vidéo) qu’est ce qui t’intéresse dans ces expérimentations ?
Tout ce qui touche à l’image (animée ou pas) me plait. Comme dit plus haut c’est le cinéma qui m’inspire (plus que les grands photographes) et la vidéo a été un moyen d’effleurer ce monde (et de voir que c’est énormément plus compliqué que la photo).
Pour les panoramiques ou les timelapses c’est l’amour des lieux qui me pousse vers ce genre de media.

Vers quoi souhaites tu évoluer en terme de photographie ?
je ne me suis pas vraiment posé la question… plus de travail en équipe quitte à n’être qu’un élément infime d’un projet…

La question de fin d’interview, si tu pouvais te réincarner tu choisirais quoi?
Un oiseau migrateur je pense pour les vols gratuits…

Découvrez le court métrage de Gilles Alonso : la passerelle

Découvrez les photos de Gilles Alonso (cliquez dessus pour les voir en grand)

3 Commentaires

Leave a Reply