Accueil Curiosités Transports oubliés : Ceux qui aiment prendront le train

Transports oubliés : Ceux qui aiment prendront le train

0 7925

A l’heure où la France vient de perdre le marché Californien (vous savez, depuis des années il est question que le TGV soit acheté pour équiper la Californie et leur gouverneur, Terminator vient  « d’encourager les investisseurs chinois » auquels on a gentiment procédé à un transfert de technologie pour leur vendre le produit, de faire leurs propositions) il était temps qu’on reparle de ce moyen de Transport. Sans faire mon Sheldon (pour les fans de Big Bang Theory), le train reste un moyen de transport qui titille l’imagination, rêve ou cauchemar, Transibérien ou trains de la mort, la science fiction ou la BD (Le rail de Schuiten Peeters par exemple) a elle aussi souvent imaginé ce qu’il pourrait être.

Comme souvent, les illustrateurs mais aussi des ingénieurs ont imaginés des moyens de transports du futur, mélange steampunk pas désagréable mais qui n’a pas toujours été jusqu’au bout de ce qui était possible, ou qui n’a connu comme le « 20th Century Limited » qu’un succès limité à une zone géographique, en l’occurrence ici le New York des années 30-40 :

ou le Milwaukee Hiawatha’s Skytop Panoramic Room, qui avous le fait encore un peu rêver en terme d’aménagement

C’est surtout la faible utilisation de matériels novateurs qui fait que ces nombreux projets, parfois soviétiques ou italiens comme ci-dessous ne soient pas plus connus. En effet, entre beauté et utilité le calcul est vite fait, la rentabilité d’un matériel plus facile à entretenir et réparer font les choix.

Ces réalisations oubliées n’empêchaient pas d’imaginer (le plus souvent on en est resté là) des trains du futur spacieux, aux formes aérodynamiques

Dans le style trains à grande vitesse, c’est dans les années 60 qu’on a vue l’idée la plus folle, celle d’adjoindre à un train… des réacteurs de jet. Ce sont des américains en l’occurence la New York Central research team de Don Wetzel qui fut chargée d’expérimenter en 1966 cet audacieux concept. Le train roula à la vitesse de 183.85 miles/h, record de vitesse sur rail américain, qui tient encore aujourd’hui !

Les soviétiques ne pouvaient être en reste et en 1970, un prototype fut construit qui resta à ce point eu égard à la qualité limitée des rails du pays à l’époque.

Plus réalistes, les modes de transports urbains sont eux aussi étudiés, et certains projets tels que le NéoVal arrivent.

Successeur possible du Val, premier métro entièrement automatisé au monde, mis en service en 1983 à Lille (Depuis, il équipe les villes de Rennes, Toulouse, Chicago, Taipeh, et Turin a inauguré sa ligne aux Jeux Olympiques de Turin), 62 millions ont été investis pas Siemens dans son développement pour une première version en 2010-2011. Plus long que l’actuel système (jusqu’à 6 voitures contre 4 max auparavant),  il fonctionneBien que performant, avec un rail central, plus léger et grâce au roulement sur pneumatiques, il est capable de tourner selon des rayons de courbure réduits à 10,5m, et il est particulièrement silencieux. Et sera plus économe en énergie.

On est dans le cadre de systèmes à conduite automatique, réduisant les intervalles entre les trains pour une plus grande régularité, une solution possible pour le remplacement de métros. Pour ceux qui s’intéressent aux trafic de la région parisienne, cet article très complet pourra vous intéresser.

En France, d’un point de vue train du futur, c’est l’AGV dont il est question, mais je vous en dirais plus dans un prochain article, sur les transports du futur et pas seulement ceux sur rails.

NO COMMENTS

Leave a Reply