Accueil Curiosités Littérature enfantine : Charlie et le grand ascenceur en verre et la...

Littérature enfantine : Charlie et le grand ascenceur en verre et la suite des 101 dalmatiens, de la SF hallucinée

0 1509

Certains des livres les plus célèbres de la littérature enfantine anglo saxonne nous sont plus connus sous forme de dessins animés, voir de films… même si leur forme « romanesque » est à l’origine de leur succès (de leur adaptation ciné s’entend). Perso j’ai eu la chance de lire quelques uns de ces livres étant petit, mais ce n’est que très récemment que j’ai découvert… que deux de ces livres avaient des suites… suites pour le moins inattendues, voir   gentillement hallucinées.

En l’occurrence, Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl à une suite : Charlie et le grand ascenseur en verre… Charlie vient tout juste de rentrer de la chocolaterie dont il a héritée et doit déjà repartir à l’aventure!
Mais une fausse manœuvre va projeter l’ascenseur dans l’espace. Un espace où ils vont croiser des astronautes américains en route vers une hotel construit là haut…mais surtout peuplé d’êtres fantastiques et monstrueux, les Kpoux Vermicieux (étranges créatures qui ont le don de se ramollir et de faire toutes sortes de formes), terreur de l’univers interstellaire, contre lesquels ils vont livrer une terrible bataille…

Au terme de cette bataille et de retour sur Terre, ils découvriront le Forti-Wonka (une sorte de médicament dont chaque pilule permet de rajeunir de vingt années). Dès lors, les grands-parents de Charlie commencent à se disputer pour retrouver leur jeunesse (l’une d’entre-eux ira même jusqu’à se rajeunir de quatre-vingts ans alors qu’elle n’en a que soixante-dix-huit). Par la suite, Charlie et Willy Wonka se voient confier une tâche : la faire vieillir afin qu’elle retrouve son âge normal…
A peine a-t-il atterri en plein milieu de sa maison dans un grand ascenseur de verre que Willy Wonka les emmène, lui et toute sa famille, dans l’espace !

Si le charme de la chocolaterie n’est plus le même, on est plus ici dans un récit d’aventure SF totalement déjanté et qui ne semble pas connaître de limites, c’est l’extravagance et la démesure de l’histoire et des situations qui vont donner à se livre son intérêt. Une grosse impro totalement « dans la lune », un gros délire peu connu malheureusement… Qui mériterait une adaptation cinéma elle aussi…

Plus étrange encore est la suite des 101 dalmatiens… 11 ans après le célèbre livre, son auteur publie… les 1001 dalmatiens.. mais aussi The Barking Starlight, une obscure histoire de science fiction sur des chiens extraterrestre, la guerre nucléaire et la lévitation spontanée .

La journée avait commencée normalement pour les Dalmatiens du premier livre commence quand ils se réveillent et  trouvent tous les humains et les autres animaux dans un sommeil anormalement profond. Ils entendent les aboiements de Cadpig, devenue l’animal de compagnie du Premier ministre. Elle leur apprend que des rapports de tous les coins du pays révèlent le même phénomène, et les chiens déléguaient une représentation à Londres. Ils voyagent à Londres par « swooshing », un genre de  « glisse » sur le sol.

Pongo et Missus décider d’enquêter sur Cruella de Vil pour voir si elle est derrière ces événements mystérieux. Rejoint par Tommy et le chat persan, qui sont des «chiens d’honneur », et quelques autres chiens, ils arrivent à sa maison, où les portes s’ouvrent comme par magie…mais ici aussi tout le monde dort.  Les chiens se rendent ensuite à Trafalgar Square, où ils sont abordés depuis le sommet de la colonne de Nelson par Sirius, Seigneur de l’étoile du chien, un chien extraterrestre. Chaque chien le perçoit comme un chien de sa propre race. Sirius les invite tous à voyager à son domicile, où ils seront à l’abri des dangers d’une guerre nucléaire sur la Terre, sans parler des caprices et des abus potentiels des humains. Certains chiens sont pour, d’autres contre, mais à la fin tous les chiens s’accordent sur le fait que Pongo, connu pour son intelligence et son héroïsme, prenne la décision.

Pongo se joint à une conférence avec Cadpig et son «cabinet» afin de discuter s’il faut aller avec Sirius ou non. Trois chiens maigrichons, de race mêlée arrivent et demandent à être entendus. Pongo est sûr qu’ils veulentaccompagner Sirius, mais ceux ci veulent rester sur terre. « Pongo » dit Sirius, « les chiens ne peuvent pas abandonner leurs êtres humains » . Avant de partir, celui ci accorde à chaque chien de la puissance pour atteindre sa maison avant que les humains ne se réveillent. Tous les chiens errants profitent de l’occasion pour aller à la Battersea Dogs and Cats Home.

Deux suites méconnues donc, qui versent dans la SF plutôt barrée, des suites plutôt méconnues, à découvrir, que vous soyez petits ou grands…

NO COMMENTS

Leave a Reply