Accueil Architecture Le pays oublié d’Atlantropa ou le projet fou d’assécher la méditerrannée

Le pays oublié d’Atlantropa ou le projet fou d’assécher la méditerrannée

0 2883

C’est un projet fou de 1920 que celui de l’architecte Hermann Soergel : drainer la mer Méditerranée pour créer la nation d’Atlantropa.

L’idée est radicale : Pourquoi ne pas élargir la masse continentale de l’Europe en drainant une partie de la Méditerranée? Tout commence selon lui par la construction d’un barrage dans le détroit de Gibraltar, afin de produire de l’électricité certes mais aussi de diminuer la quantité d’eau de la mer Méditerranée au point de provoquer un abaissement du niveau de la mer de 200 mètres… Créant de vastes étendues de terres nouvelles à développer et colonisées au fil des générations dans l’avenir . Rajoutez à cela la construction de barrages pour gérer le reste de l’eau et du percement de canaux dans le désert du Sahara pour drainer celle-ci et développer la fertilité des sols d’Afrique du Nord…

Cette perspective est monumentale : il s’agit de gagner 660.000 km2 de terres à la base des pays voisins de la Méditerranée, soit environ l’équivalent de la masse terrestre combinée de l’Italie et de l’Allemagne. La conception du monde selon Soergel était qu’il serait divisé en trois sphères économiques à l’avenir, tous commençant par la lettre «A»: l’Amérique, l’Asie, et la nouvelle terre créé par son projet :  « Atlantropa », qui correspond à l’ancienne Europe élargie dans les nouveaux lits à sec de la Méditerranée et de l’Afrique du Nord. Cela comprenait aussi l’Égypte, qui serait couverte de « milliers » de canaux et de devenir semi-submergée par les nouvelles frontières de la mer. C’était selon lui l’évolution nécessaire au développement d’une Europe capable désormais de rivaliser avec les autres grands blocs. Il était d’ailleurs tellement excité par l’idée qu’il avait commencé à concevoir l’architecture de la nouvelle ville qui relierait les bords de la méditerranée.

Cette redécouverte de ce projet fou, on la doit à un historien des sciences et aficionado de livres rares, John Ptak qui a récemment acquis une monographie où Soergel explique son grand projet et l’a publié sur son site

NO COMMENTS

Leave a Reply