Accueil Curiosités Ces concepts d’armes bizarres et oubliées

Ces concepts d’armes bizarres et oubliées

1 12358

Pour ceux d’entre vous qui suivent régulièrement ce blog (ou qui ont seulement lus les articles concernant les moyens de transports bizarres) vous le savez, les militaires ont l’habitude d’experimenter, même les choses les plus bizarres, et aujourd’hui ne fera pas exception. Vu que le plus souvent celui qui a l’arme la plus innovante est celui qui a le plus de chance de gagner, les militaires ont eu parfois l’idée de pousser la recherche dans des directions… inattendues :

Du chien antichar allemands auquel on attachait des bombes dans l’idée de le faire exploser s’il était proche d’un char au « tracteur à vis » soviétique, voici quelques exemples issus de la seconde guerre mondiale :

L’idée était de pouvoir se déplacer sur toute sorte de terrain, mais le résultat fut au mieux « erratique » et le matériel, trop « léger » pour être utilisé en combat. Toujours dans le style « décalé », l’idée de ce fusil était de… tirer dans les angles, planqué derrière un mur à l’abri.

Autre concept abandonné… parce que mal conçu, ce char (?), en fait une tourelle de canon haut placée sur une structure mobile… pour passer par dessus des bunkers et autres obstacles : le tank soviétique Tsar.

Enfin, n’oublions par la marine avec ces étranges mélanges dit Habbakuk :

Le concept était de découper d’énormes morceaux de glace de la banquise arctique, puis de les remorquer jusqu’au milieu de l’Atlantique, pour une utilisation en temps que piste flottante pour les avions – un mélange d’iceberg et de porte-avions. L’idée atteint vite ses limites et on s’orienta vers la construction d’un navire plus conventionnel, mais construit en glace, idée abandonnée à son tour.

On envisagea alors de prendre comme matériau de construction un mélange de glace et de pâte à papier appelée pykrete[3] en honneur de Pyke, celui qui avait proposé l’idée du projet Habakkuk. Le « bateau » serait doté d’un système de réfrigération pour l’empêcher de fondre et propulsé (à 10 noeuds) par 26 moteurs électriques placés dans des nacelles extérieures individuelles ;Il aurait été armé de 40 tourelles de 4,5 pouces DP à doubles tonneaux et plusieurs canons antiaériens. Il aurait eu une piste d’atterrissage/décollage et une capacité de 150 bombardiers et chasseurs bimoteurs. Imaginé comme insubmersible de par sa nature d’iceberg ou d’île flottante. Les britanniques n’avaient pas les financement pour porter ce projet à son terme, et malgré un prototype américain, ce genre de navire ne vit jamais le jour.

Enfin l’armée de l’air eu aussi ses concepts foireux tels que cette jeep-hélicoptère américaine qui ne dépassa pas le stade du prototype et qu’on imagine mal utilisée en combat eu égard à son manque de protection. S’il ne furent jamais construits, ils enflammèrent l’imagination populaire et l’imaginaire steampunk : les porte avions volants n’ont jamais existé que sur papier, leur coût (développement, carburant) et leur fragilité en phase de combat suffisant à les disqualifier.

1 COMMENT

  1. L’armée et la guerre, les domaines les plus fertiles pour ce qui est de l’imagination, aussi les plus riches. Certains projets aboutissent bien plus tard, comme le fusil à tirer dans les angles.

Leave a Reply