Accueil cinéma Audition de Takashi Miike et le giallo

Audition de Takashi Miike et le giallo

0 1192

Pour ceux à qui le terme giallo n’évoque qu’un parfum de glace italienne, il s’agit d’un genre cinématographique italien inspiré par le terme giallo ( littéralement « jaune »)dont le nom est utilisé en Italie pour désigner le roman policier. Il tire son origine d’une collection de romans policiers publiés par les éditions Mondadori de 1929 jusqu’aux années 1960 dont les couvertures jaunes cachaient des romans et des nouvelles de type whodunit à l’image de leurs cousins américains. Publiés sur du papier de faible qualité, le succès de ces romans attira l’attention d’autres maisons d’édition qui ne tardèrent pas à sortir leurs propres œuvres sous la couverture jaune devenue traditionnelle.

Le premier film du genre est le film de Mario Bava La Fille qui en savait trop, titre assez directement inspiré du film d’Alfred Hitchcock, L’Homme qui en savait trop. C’est l’année suivante dans son film Six femmes pour l’assassin que Mario Bava introduit un des éléments emblématiques du genre, le meurtrier masqué avec une arme brillante dans sa main gantée de noir. Mario Bava, mais aussi Dario argento ou Lamberto Bava en furent les plus célèbres représentants. C’est en particulier les films de Dario Argento qui pourraient avoir inspiré Takashi Miike pour Audition, et cela pour plusieurs raisons :

La thématique centrale du sexe et de la mort, qui dans les giallo est souvent centrale, y rajoutant une bonne dose de sadisme. En cela, Audition correspond totalement à cela, relation(s) dominatrice(s), torture, érotisme plus que sexe, la « perversité » est un ressort essentiel de l’histoire, voir le pivot de celle-ci. C’est aussi en terme de jeux de lumières et de couleurs qu’on retrouve des similitudes entre ce film et les œuvres d’Argento, qui notamment dans suspiria apportait une dimension exceptionnelle au travers de ses jeux de couleur pour établir une réelle écriture cinématographique.

L’histoire d’Audition : Aoyama, quarante-deux ans, vit seul avec son fils de 16 ans depuis que sa femme est morte il y a sept ans. Il vit toujours sa disparition avec difficulté. Son fils étant désormais assez grand pour s’occuper de lui, Aoyama décide de se remarier.Mais comment faire pour rencontrer l’épouse qui lui convient ? Il imagine alors un stratagème sur les conseils d’un ami producteur, Yasuhisa Yoshikawa : organiser un casting pour une série télé fictive afin de trouver la perle rare. Enqêtant sur une jeune femme qui le subjugue, il ne tarde pas à découvrir que des personnes autour d’elle on disparu mystèrieusement…Commence alors pour lui une plongée vertigineuse dans un enfer sanglant, dont les retombées seront excessivement douloureuses.

S’il ne s’agit pas d’une filiation, Audition est en ce sens une œuvre à part entière, retrouver dans un film « récent » ces éléments qui furent la marque du giallo montre que même s’il fut considéré comme un genre « d’exploitation », ce style a aujourd’hui encore une richesse qu’il faut faire découvrir.

NO COMMENTS

Leave a Reply