Accueil Bandes dessinées Ultra Heaven de Keichi Koike, manga addictif

Ultra Heaven de Keichi Koike, manga addictif

0 2081

Pour vous parler d’un manga qui parle de trips et de drogue, le titre était un peu facile, mais doublement vrai. Ultra Heaven, qui en est déjà à son troisième tome paru en France est un manga un peu à part dans la production générale, à la fois par son sujet… et par son trait.

Le sujet donc pour commencer : dans un monde futuriste où l’usage des drogues est encouragé par tous les médias, un homme, toujours en quête de sensations fortes, recherche la drogue ultime, celle qui abolirait les frontières entre rêve et réalité. Sa quête le mène jusqu’à l’Ultra Heaven, une substance d’un genre nouveau, tellement expérimentale qu’elle ne circule que sous le manteau. Il décide de la tester, sans imaginer les conséquences que ce choix aura sur sa vie… Le pitch à lui tout seul est un peu réducteur. Cette société qui a légalisé l’usage des drogues en à aussi gérée la consommation, confiée à des barmen / médecins / biochimistes, qui peuvent créer eux même leurs propres mélanges. Si l’histoire est plus celle des trips du héros, l’univers que l’auteur à créé autour de celui-ci s’approfondit au fur à mesure que l’histoire avance pour proposer un décor et une vision critique de la société « nouvelle ».

Le graphisme quand à lui est proche de celui de Moebius, période Metal Hurlant,  à la mise en page complètement éclatée, une filiation qui n’est donc pas seulement thématique (Moebius et Jodorowsky ayant largement raconté des histoires autour de la drogue et des trips) mais visuelle. Au travers des voyages psychédéliques du héros, il dessine des planches et les cases déstructurées, folles, qui illustrent fort bien l’histoire de ce voyage mental, hallucinant. Le vocabulaire qu’on pourrait utiliser pour décrire cette oeuvre est évidement celui de la drogue, addictif, hallucinant et halluciné, démontrant à l’envi combien Keichi Koike réussit dans ces trois livres à habiter littéralement son sujet.

Une œuvre très à part donc, à découvrir à la fois pour sa qualité indéniable et son originalité.

NO COMMENTS

Leave a Reply