Accueil Bandes dessinées The filth : j’aime la pourriture

The filth : j’aime la pourriture

1 1550

La pourriture, aka… The Filth de Grant Morrisson et Chris Weston… même si je l’avoue à la première lecture j’étais totalement paumé. The filth est l’une de ces rares bd qui agissent directement sur votre cerveau, mélange d’admiration, de dégout, de curiosité, de perversité qui donnent à savoir qu’on a là une oeuvre digne d’un génie, mais que tout le monde n’aimera pas, qui choquera certains, qui rebutera à cause de sa grossièreté sur certains passages ou tout simplement parce que cette œuvre fait peur à son lecteur.

Le titre renvoie à la fois à la police (en argot britannique) et à la pornographie (dans lequel Morrison s’est « immergé » pour ses recherches sure ce livre.

Si c’est un livre si bizarre pourquoi est ce que je vous en parle me direz vous?
Parce qu’avant, tout, rarement une bd m’aura tant surpris page après page, au risque de me perdre parfois, mais arrivé à la fin, me donne une perspective sur l’histoire que je viens de lire tout simplement renversante.TheFilth_ext

Pour résumer, notre personnage Greg Feely est un un célibataire dont les intérêts principaux sont son chat et se masturber et un agent de la « main », une organisation chargé de faire respecter la réalité qui s’attaque à des « anti personnes » qui pervertissent son hygiène sociale. Vu comme ça c’est réducteur et pourtant c’est la seule façon d’en parler sans trop vous en dire. Il faut dire que la technique narrative de Morrisson est dans ce livre quelque chose d’assez unique. Vous n’imaginez pas, à chaque début de chapitre quelle pourra en être la fin, et encore moins le suivant, rendant la lecture de ce comics trés à part à la fois plus difficile et plus jouissive.

Le dessin de Chris Weston est très clair et lisible, et rend a merveille le côté absurde, et bizarroïde du scénario, graphiquement c’est très agréable à lire, les idées, l’illustration de l’histoire tordue se retrouve dans les personnages.  Un autre élément qui fit le succès de cette bd, ce sont les couvertures de Carlos Segura qui relèvent du graphisme pur plus que de la bd et dont voici quelques exemples :

177 the_filth_4.large filth10C’est une œuvre en dehors de ce que vous aurez l’occasion de lire, c’est une expérience qui se nourrira autant de vous que vous d’elle, c’est à découvrir pour ceux qui ont les tripes et la curiosité de s’y lancer après ce que j’en ai dit ;).

1 COMMENT

Leave a Reply