Accueil Bandes dessinées Ruins de Warren Ellis… et si tout avait mal tourné finalement

Ruins de Warren Ellis… et si tout avait mal tourné finalement

0 1139

Si les comics sont devenus plus adultes, le statut des super héros remis en cause, maltraité, bafoué par une génération de dessinateurs et de scénaristes qui ont su apporter un côté adulte et renouveler le genre… Il en est un qui est loin devant les autres et son oeuvre toute entière le prouve : Warren Ellis. L’œuvre quasi toute entière de ce monsieur est à recommander, de Metropolitan, Desolation Jones, Global Frequency  à Authority ouPlanetary (des séries dont je vous parlerais dans d’autres articles), de black summer (le plus récent paru) à Ruins, ses personnages, ses histoires sont « adultes »… thèmes politiques, comportement et discours à la fois brutaux, vulgaires parfois mais sans concession, guidés par une vision honnête du monde… Ellis ne fait jamais dans la dentelle, mais ses personnages sont toujours réglos, malgré des comportements bien décalés.

C’est du comics adulte, dans les thèmes comme dans le discours. Lui seul pouvait imaginer tuer Bush et sa clique dans un comics (Black Summer en l’occurence) !

En cela Ruins n’échappe pas à la règle.
Cet excellent comics que vous ne trouverez malheureusement pas en VF (en dur s’entend, en cherchant 5 minutes sur google, vous trouverez des scans traduits par une team française, il suffit de me contacter pour avoir le lien), part du principe… que tout a mal tourné. Mais alors vraiment mal… Amérique partie en vrille, superhéros tués ou emprisonnés, incapables de gérer leur mutation, des super héros explosent littéralement.. et témoin de ce monde marvel alternatif, un photographe qui nous balade dans ce monde apocalyptique ou les plus célèbres super héros ne sont plus que l’ombre d’eux même pour ceux qui s’en sortent le mieux. Côté dessin, c’est tout simplement du grand art. Cliff et Terese Nielsen nous offrent des peintures de toute beauté, on pense notamment à Neil Gaiman en voyant leur œuvre, ce qui n’est pas le moindre des compliments. Le trait, les couleurs  explosent l’image, apportent au scénario déjà excellent la touche qui rend ce comics à la fois génial et unique, ce qui fait d’autant plus regretter qu’il n’aie encore jamais été traduit…
Vous ne serez pas étonnés que votre serviteur aie été jusqu’à commandé celui ci d’occasion (il est quand même sortit en 1994) pour se le procurer, et considère ce one shot en deux tomes comme l’un des sommets de marvel. Les Marvel Zombies qui sont peut être ce qui se rapproche le plus en terme de thématique de cette œuvre ne sont pourtant pas au même niveau, celui ci fait sans doute partie de ce qui s’est fait de plus extrême, mais aussi de beau et de fort dans le traitement / détournement du monde marvel…

NO COMMENTS

Leave a Reply