Accueil Bandes dessinées Pourquoi c’est une époque magnifique pour découvrir l’univers des comics

Pourquoi c’est une époque magnifique pour découvrir l’univers des comics

1 967

Le titre donne le ton.
Pour ceux qui tournent aux alentours de ma génération  voir pour les plus anciens, il y a toujours eu deux camps. Les bons, les super héros, les gentils, les rebelles… et les méchants, les super méchants, l’empire… Nourris au strange, Lug, et autres publications hebdomadaires, gavés de ligues de justiciers, de superman superpropre sur lui, de spiderman avec une conscience, de hulk qui s’en veut de s’emporter (qui limite nous ferait une psychothérapie new age pour apprendre a mieux contrôler ses pulsions), c’était simple et clair et évident, même si ça restait quand même généralement assez excitant.

Puis une poignée de scénaristes et dessinateurs  dont , Simon Bisley, Warren Ellis, Mark Millar, et peut être leur « père » à tous, Frank Miller ont commencé à tordre le cou à l’image du super héros ou de ses intentions pour commencer à rendre un peu plus complexe, un peu plus sexy, un peu plus trash ces personnages… Neil Gaiman et Dave Mc Kean ont été dans mon cas les premiers à plonger dans l’imaginaire tordu avec L’asile d’Akham, où l’on découvre un batman, le seul « héros ambivalent », aussi cinglé finalement que ceux qu’il enferme, qui lui tendent le miroir de sa propre folie pour lui faire sentir qu’il est finalement à sa place parmi eux.
Oui, Batman est depuis l’invention du joker le premiers super tordu qui donnera une plus grande profondeur au genre.

Un éditeur français, en l’occurence Panini publie la grande majorité de ces oeuvres mais a la mauvaise habitude… de ne pas republier (reste donc l’occasion pour trouver parfois certaines choses).

« Wanted » de Millar, Les « lobo » de Bisley, Civil war et secret war, Marvel zombies, umbrella academy  (dont l’excellent tome 2 vient de sortir et joue de l’assassinat de Kennedy, rien que ça), le « Joker » d’Azarello, tout un tas d’œuvre qui explosent le cadre et rendent les comics plus adultes, plus durs, plus sombres, mais aussi plus addictifs.  On a un peu l’impression que les séries tv comme les comics ont compris qu’en prenant leur public plus au sérieux, en leur donnant plus à penser et plus adulte à voir, ont su reconquérir un public, voir conquérir le cœur de quelques critiques qui auparavant trouvaient le genre trop monolithique…
N’hésitant plus à parler des sujets qui fachent (politique, super héros qui utilisent leurs pouvoirs pour dominer) voir centrer des séries sur des super méchants (le Nemesis à paraître de Bendis par exemple), en se libérant du cadre « classique », les scénaristes nous offrent des choses assez inédites comme par exemple Superman Red Son : et si Superman était tombé en URSS au lieu d’un champ de blé aux US… rien qu’un tel pitch devrait vous donner envie d’en savoir plus !
C’est donc une bonne époque pour (re)découvrir ce genre, mais pas nécessairement… en famille 😉

Quelques recommandations :
Wanted
Umbrella academy
Hellboy
Goon
Civil war + secret war
marvel zombies
Hellbalzer
the filth
transmetropolitan

et j’en oublie des tonnes…

1 COMMENT

Leave a Reply