Accueil Bandes dessinées Fletcher Hanks : je détruirais toutes les planètes civilisées – oh...

Fletcher Hanks : je détruirais toutes les planètes civilisées – oh oui !

0 1285


Excessif, naïf, surchargé de couleurs flashy, un univers barré aux personnages excessifs, des histoires improbables, l’œuvre de Fletcher Hanks est fascinante.
Contemporain des premiers comics  Superman ou Captain America, les héros de cet incroyable dessinateur que sont fantomah (lointain cousin du fantôme du Bengale, Stardust (superman sous lsd) ou Big Red McLane (croisement incestueux de Davy Crockett et Popeye) auraient pu rester inconnus du grand public si Paul Karasik ne l’avait « redécouvert » lui même grâce à Art Spiegelman qui en publiant un épisode de « Stardust » dans RAW posait la première pierre.

Dessin vintage et pop, esthétiquement c’est un choc, une baffe visuelle, novateur même aujourd’hui, c’est à se demander comment pareille oeuvre a pu rester si méconnue. Au delà du mélange de Kistch et de surréalisme de ces histoires, c’est un livre qui se dévore presque trop vite, on en redemande. Il est difficile de décrire une histoire tant celle ci n’ont parfois ni queue ni tête ou sont absolument fantastiques dans leur simplicité et leur folie pas toujours très douce. On est plongé dans une époque où les limites du comics sont alors encore très ouvertes, les dessinateurs ne dessinent pas « bien » et sont sous payés, produisent de la série B avant l’heure.

Tout est excessif, du trait aux caractéristiques physiques, le méchant doit être immédiatement identifiable, le héros possède des pouvoirs hors du commun. On n’est pas dans le roman graphique ou dans la psychologie du personnage, on est dans une image faite pour les gamins et c’est sacrément jouissif, à la lecture comme visuellement. Les dialogues valent leur pesant d’or.

Au délà donc du côté rétro, du témoignage « historique », c’est le côté absolu du travail de F. Hanks qui lui donne son statut de chef d’œuvre.

Cette réédition des oeuvres de Fletcher Hanks à semble t il encouragé à la republication d’œuvres de la même époque (notamment chez Fantagraphics) et je rêve qu’un éditeur français aie la bonne idée de tenter à son tour l’aventure.

NO COMMENTS

Leave a Reply