Accueil Bandes dessinées Blast.. Quelle baffe !

Blast.. Quelle baffe !

0 1036

blast_001_grasse_carcassePour ceux qui sont familiers de l’œuvre de Manu Larcenet, c’est une nouvelle pierre à l’édifice du temple qu’on lui édifiera plus tard, en vénération de son talent, pour les autres c’est une Grande BD à découvrir, sortie ce mois ci et disponible dans toutes les bonnes boutiques. Larcenet peux passer d’une bd à l’autre, de l’humour à la gravité, de la légereté et du non sens à des passages qui vous serrent la gorge et qui notamment a propos de son personnage du combat ordinaire  vous amène à vous poser des questions sur ce que faire de la photo peut signifier, pour vous qui la pratiquez, avec une profondeur qui vous touche.

Encore une fois, serais je tenté de dire, Larcenet nous offre un livre magnifique, terrible, grave, léger, sombre, lumineux, tout à la fois, et les adjectifs pourraient continuer longtemps. Une très grande baffe pour un très beau travail, tout en gammes de noir, de blanc et d’entre deux, avec quelques jaillissements de couleurs qui transcendent l’histoire. Et quelle histoire :

Dans un commissariat, deux flics s’attaquent à l’interrogatoire d’un homme, , Polza Mancini, 38 ans, plus qu’obèse. Il a été arrêté pour « ce qu’il a fait à Carole Oudinot »… A priori, il s’agit d’un truc horrible. Sa culpabilité est quasiment avérée, mais il faut l’amener à s’expliquer en douceur, de manière subtile, car l’homme est insaisissable et il risque de « se cadenasser ». Le type est effectivement répugnant : chauve, graisseux, un blaire ignoble d’alcoolique et des petits yeux brillants, presque facétieux…  Tout ça à cause du Blast, une sensation inexprimable qu’il va tenter de décrire, et de retrouver… un type en marge, en dérive, mais étrangement libre… De cases en cases, de grandes pages ou d’un paysage de nuit blast1_plasublime, avec son trait presque naïf appuyé d’aquarelle, l’auteur nous transporte dans la vie de Polza, des pages devant lesquelles on reste suspendu de par la force qui s’en dégage, rarement bd aura été aussi « forte », aussi « impressionnante », l’image exprimant un tel sentiment qu’elle bouleverse.  On pourrait dire de l’histoire qu’elle est sordide autant qu’elle est poétique, ce n’est pas la moindre contradiction de ce Blast, tome 1… a lire d’urgence…

NO COMMENTS

Leave a Reply