Accueil Architecture Les mythes urbains du Tokyo souterrain

Les mythes urbains du Tokyo souterrain

0 3666

Les grandes cités ont en commun cette légende urbaine que sous leurs sols se cachent de sombres secrets. Des villes comme Paris ou New York, bâties sur un véritable gruyère de passages plus ou moins oubliés ont « logiquement » cette réputation, pourtant c’est Tokyo, la moderne tokyo avec son système de métro, ses galeries marchandes souterraines, véritables quartiers parallèles et ses kilomètres de tunnels pour piétons qui seront aujourd’hui le sujet, en tout cas quelques unes des rumeurs les plus persistantes la concernant.

Vous avez déjà lu sur ce blog le storm water system, l’impressionnant système de protection contre les ouragans (et les inondations de la ville, il s’agit du plus grand réservoir souterrain du monde)  voici désormais quelques légendes urbaines sur ce Tokyo souterrain

La rumeur la plus célèbre est l’accès des représentants du gouvernement à des trains secrets, notamment la station de Kokkai-gijidōmae, situé à côté du bâtiment de l’assemblée nationale dans le centre de Tokyo. Deux lignes de métro s’y croisent, la Marunouchi et les lignes Chiyoda. La plate-forme de la ligne Chiyoda est situé à environ 38 mètres sous terre, ce qui en fait la station la plus « profonde » du réseau de métro de Tokyo,profondeur à l’origine de l’idée selon laquelle la station aurait été  un abri anti-aérien avant d’être rénovée et transformée en une station de métro dans les années 1950.

On parle aussi de l’existence d’une porte secrète qui connecte directement la station au sous-sol de la Chambre des représentants. Enfin, d’ancien plans de la station montrent un niveau supplémentaire, plus profond encore pour des « trains spéciaux » destinés aux fonctionnaires du gouvernement pour les transporter hors de la ville en cas de catastrophe majeure.

L’assemblée nationale elle aussi cacherait pas moins de cinq niveaux souterrains dont un abri nucléaire… Ces étages souterrains secrets sont censés prolonger d’au moins 38 mètres sous terre le bâtiment. Toujours dans le domaine des accès spéciaux reservés, la rumeur raction qu’il existe des tunnels reliant les principaux bâtiments du centre de Tokyo.

Le plus ancien passage souterrain est celui reliant sous le vieux Tokyo, le centre postal et la gare de Tokyo. Ce tunnel, qui servait autrefois au transport du courrier dans les deux sens entre les bâtiments, a été construit dans le début du 20e siècle, bien avant la ligne de Ginza (le plus vieux métro de Tokyo, ouvert en 1927) serait doublé de passages similaires  entre les bâtiments du ministère du gouvernement dans Nagatacho, Kasumigaseki, Otemachi et Marunouchi, ainsi que le Palais impérial et le sanctuaire Hie. Ce réseau de tunnels secrets est également censé comprendre la Bibliothèque Nationale, qui abrite environ 12 millions de livres et de périodiques sur huit étages souterrains. Les planchers sont hors de portée du public, et les journalistes auraient eu accès à des niveaux inférieurs à plusieurs reprises, nourrissant l’idée que la bibliothèque aurait des choses à cacher…

Toujours dans le domaine du métro,  la ligne Oedo, une boucle de 40-kilomètres sous Tokyo et dont les stations sont situées à 48 mètres sous terre ont donné l’idée que celles ci pourraient servir d’abris anti nucléaires… Le journaliste Shun Akiba a écrit plusieurs livres sur les « mystères » du métro de Tokyo et selon lui les tunnels de la ligne Oedo existaient bien avant que la ville aie décidé de les transformer en métro public. Selon lui ces tunnels font partie d’un complexe beaucoup plus vaste construit après la Seconde Guerre mondiale en vue d’une éventuelle attaque nucléaire.

Une autre ligne, la  ligne Yurakucho aurait été bâtie à des fins militaires. Cette spéculation se base sur le fait que les principales installations militaires sont situés à plusieurs stations sur la ligne, y compris le ministère de la Défense, ainsi qu’à proximité de bases militaires. Toujours dans le domaine « militaire », on spécule beaucoup sur l’existence d’une base secrète située sous Shōwa Memorial Park de Tachikawa (ouest de Tokyo). Cette idée à trouve une certaine crédibilité dans le fait que le parc est situé près de la Tachikawa Wide-Area , administration de la gestion des catastrophes lieu qui est destiné à fonctionner comme un site de secours pour le gouvernement en cas d’urgence.

Si ces rumeurs peuvent paraître un peu fantaisistes parfois, il faut dire que le pays à une histoire de « bases cachées ». Pendant la seconde guerre mondiale, les japonnais creusèrent (et firent creuser à des déportés coréens) une véritable base souterraine sous une montagne proche de Tokyo pour y héberger le gouvernement, l’empereur et l’état major, plus de 60 000 mètres cubes creusés à main d’hommes !

Aujourd’hui, la voirie de Tokyo est en train d’être doublée de 150km de tunnels de service et de conduits sous la ville. Il n’est donc pas si étonnant que de pareilles légendes soient nées.

NO COMMENTS

Leave a Reply