Accueil Animation Mamoru Hosoda, le prochain Myazaki?

Mamoru Hosoda, le prochain Myazaki?

0 1274

A moins que vous ne soyez des hardcore fans de l’animation japonaise, surtout avant 2006, ce nom ne risquait pas de vous évoquer grand chose, même si le monsieur a commencé à travailler dans l’animation dés 1991. Qui est donc ce Mamoru Hosoda que, dans un titre mystérieux j’ose compararer au maître de chez Ghibli?

Né le 19 septembre 1967, il fera des études à l’université des Arts de Kanazawa puis tentera d’intégrer l’institut de formation du studio Ghibli mais est recalé. Il rejoint alors le studio Toei Animation en 1991 où il fait ses premiers pas en tant qu’animateur et participe à de nombreuses séries phares du studio comme Dragon Ball Z (1993), Slam Dunk (1994-95) ou Sailor Moon (1996). Jusque là, oui ça fait un peu peur, mais dans la deuxième moitié des années 90, il est l’auteur de nombreux storyboards et passe enfin  à la réalisation en 1999 avec le premier film Digimon Adventure.Après un 2e opus de cette saga en 2000, il  réalise des spots publicitaires en animation pour des grandes marques comme Louis Vuitton. Il est finalement approché par Ghibli pour réaliser Le Château ambulant le projet n’aboutit pas. En 2005, il retourne à la réalisation de long métrage avec le sixième film dérivé de la saga One Piece. La même année, il quitte la Toei pour devenir free-lance et se rapproche du studio Madhouse. C’est là qu’il réalise La Traversée du temps en 2006.

C’est une véritable coupure par rapport à ses travaux précédents, travaux plus de commande dirons nous, puisque ce film plus mature, plus profond et dans un sens empreint d’une certaine mélancolie lui permet d’apposer sa marque, la reconnaissance arrive (le film sera primé au festival d’Annecy), il confirmera en 2009 avec Summer Wars ce mélange d’humour et de gravité, de douceur et de tristesse, sans que ses films soient pour autant lents ou contemplatifs, ils sont au contraire plein d’animation.

En deux films donc ce « jeune » réalisateur a imposée un style, une façon de raconter les histoires et d’inventer son propre univers qui n’est pas sans rappeler celle du maître Myazaki, le travail du studio madhouse n’y est pas étranger, la qualité de l’animation est de très haut niveau, mais sans ces histoires fortes, sans les personnages attachants et les univers que ce réalisateur a su mettre en place, ces films n’auraient pas une portée équivalente à celle d’un bon Ghibli, en cela et parce qu’il y a chez ces deux réalisateurs cette même tendresse (là où un Satoshi Kon est plus nihiliste, un Mamoru Oshii, plus pessimiste) pour les personnages, pour l’humain, ses forces et ses faiblesse… Chacun des deux a su aussi créer des univers qui leur sont très personnels, L’Oz de Hosoda dans Summer Wars est un exemple de cette richesse. Définitivement un réalisateur à suivre !

NO COMMENTS

Leave a Reply