Accueil Animation Jan Svankmajer, le maitre méconnu de l’animation

Jan Svankmajer, le maitre méconnu de l’animation

0 1129

Il est sans doute l’égal d’un Disney, d’un Tezuka, il a inspiré des cinéastes comme Tim Burton, Darren Aronofsky, Milos Forman ou les frères Quay, c’est aussi l’un des derniers surréalistes en activité. Ce cinéaste tchèque né en 1934 reste pourtant un inconnu pour la plupart d’entre nous. Je l’ai pour ma part découvert il y a une dizaine d’années, au cours de me recherches sur le cinéma d’animation et quelle révélation !

C’est à n’en pas douter l’un des grands pionniers de l’animation, et plus particulièrement de l’animation en volume, honteusement méconnu du grand public et qui a su à insuffler à ses animations une profondeur de sens rare, une quête dans les recoins de l’inconscient humain.Un univers étrange et fascinant où des steaks dansent le tango et copulent dans la farine, une cuisinière fabrique des cookies en charbon, les objets d’un appartement qui poursuivent son locataire : « Dans les vieux grimoires des sorcières, on disait que pour chasser un démon ou un monstre, il fallait trouver son nom. C’est la méthode que j’utilise pour chasser mes angoisses et mes peurs. Je les nomme dans mes films » explique Svankmajer.

Délires sur notre psychologie, ou critique politique ou sociale, ses films furent censurés parfois pour ces supposées (?) remises en cause… Pourtant pas de mots le langage est 100% cinématographique, images et sons, mise en scène, l’étrangeté de ses personnages et de ses histoires témoignent d’une fantastique imagination. Visuellement c’est impressionnant, troublant et parfois glauque, avec ce côté « artisanal » qui n’appartient qu’à lui (surtout dans ses courts métrages). Au delà d’une série de courts métrages Svankmajer a aussi réalisés plusieurs long métrage, dont sa propre adaptation d’Alice qui vaut largement le détour

Voici donc deux vidéos : Dimensions of a dialogue (qui est en partie un hommage à Archimboldo) :


Jan Svankmajer – Dimensions of dialogue

et meat love, avec son célèbre duo de Steaks Dansants (l’une des obsessions du cinéaste est la nourriture)

NO COMMENTS

Leave a Reply