Accueil Archives 2012 janvier

Monthly Archives: janvier 2012

0 1701

Si vous aimez les fast food, où tout simplement si vous connaissez les principales marques, vous reconnaitrez le colonel Sanders de KFC et le clown Ronald Mc Donald, voir le bonhomme Michelin et… Barbapapa. Autant de nouveaux personnages décalés pour un Street Fighter IV imaginé par l’artiste Kei Suwabe.. On rêve de ce que ça pourrait donner (le coup spécial qui rend l’adversaire obèse?). A découvrir ci-dessous

0 1464

Quand est ce que tout ça à commencé?

Par ça j’entends, ACTA, SOPA, HADOPI, les lois liberticides, les ahurissantes décisions d’assemblées censées représenter leurs peuples, les taxes.. Probablement avec le premier coup de pied dans la fourmilière que fut Napster, première fois que le P2P, le partage de fichier de pair à pair, rendit celui ci immédiat, mondialisé, l’accès à la bibliothèque de chacun facilité, le tout couplé à des connexions internet qui commençaient à devenir suffisamment rapides pour que l’échange aie un sens et devienne attractif. Ce jour là les « industries culturelles » (deux termes à priori plutôt incompatibles) ont commencé à sentir que ce truc qu’on appelait l’internet n’était plus seulement un support de communication supplémentaire, mais allait commencer à les emmerder sérieusement… Et à cette époque on pouvait encore réussir à réduire au silence cette technologie en fermant celui qui avait développé le logiciel le plus connu, le plus utilisé. Parce qu’il était encore centralisé… Une notion essentielle à prendre en compte.

La même technique fut utilisée contre ses successeurs, Kazaa ou d’autres qui étaient développés par des sociétés… et aux États Unis on commençait aussi à s’attaquera aux utilisateurs finaux, la RIAA commença ses procès et ses lettres de menaces qui lui donnèrent la triste réputation qui est la sienne aujourd’hui. Il faut lire ici les origines de la situation actuelle : surveillance des réseaux, toute puissance du lobby des industries culturelles, mais aussi les premières colères et les premiers dégoûts par rapport à la violence utilisée, premières constatations que ces industries n’allaient pas chercher à évoluer mais continueraient à se baser sur un modèle dépassé, un objet qui commençait lui même à l’être (le CD) avec l’apparition des premiers baladeurs Mp3 (qui se souvient du Rio?)…

Dès ces premiers moments, les bases sont posées de ce qui s’apparente à un conflit à la fois de culture et de génération.
Conflit de culture entre ces industries culturelles et leurs pendants politiques qui ne vivent pas la culture de la même façon, l’enrichissement du premier étant financier, du second étant plus intime, plus humain, plus essentiel. Non pas que les deux soient irréconciliables, mais la mauvaise foi des industries et leur discours très définitif sur ce qu’était le droit et l’accès à la culture (il doit passer par nous, nous possédons la culture – musicale, cinématographique, littéraire) niant le fait que la culture n’est pas qu’un bien marchand mais la richesse de l’humanité ou au moins de la société… Irréductible différence de conception qui fige la position des vendeurs dans une posture outrée, se drapant dans la lettre de la loi, ignorant que la culture est du domaine de l’esprit. Le discours est déjà posé entre le bien et le mal,et le méchant internaute, voleur, pirate n’est plus reconnu comme un consommateur. Le dialogue ne peut exister, il n’y a pas d’espace pour celui ci dans cette représentation de celui qui télécharge, quand bien même celui ci est il un moyen de découvrir avant d’acheter. En radicalisant les positions, les industries ont interdit le dialogue avec leur public et s’étonnent aujourd’hui que celui ci se détourne de leurs produits (quand elles ne prennent pas les passionnés pour des cons notamment dans le cadre des jeux vidéos, mais nous y reviendrons plus tard). Internet est perçu par celles ci comme le lieu de toutes les perditions, qu’il va falloir « civiliser »….

Cette problématique qui se mondialise trouve aussi son origine dans une lecture américaine du savoir et de la culture. Le droit d’auteur ou le brevet façon américaine.

Deux conceptions en effet du droit d’auteur :
En Angleterre, les intérêts des éditeurs et des auteurs sont, dès le xviie siècle, présentés comme « solidaires », et les intermédiaires sont considérés comme incontournables. Cela explique l’écart existant dès l’origine entre les fondements philosophiques du copyright et ceux du droit d’auteur continental.
La première véritable législation protectrice des intérêts des auteurs est la « Loi de la Reine Anne » du 10 avril 17105,6. L’auteur jouit à cette époque d’un monopole de 14 ans, renouvelable une fois sur la reproduction de ses créations.
Inspirées par le copyright anglais, la constitution des États-Unis d’Amérique de 1787 et la loi fédérale de 1790 accordent des prérogatives aux auteurs
.
En 1777, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, artiste et homme d’affaires, fonde la première société d’auteurs pour promouvoir la reconnaissance de droits au profit des auteurs. Dans la nuit du 4 août 1789, les révolutionnaires français abolissent l’ensemble des privilèges, puis les lois du 1310 et 19 janvier 179111 et du 1912 et 24 juillet 1793 accordent aux auteurs le droit exclusif d’autoriser la reproduction de leurs œuvres pendant toute leur vie puis aux héritiers pendant une durée de cinq ans. À l’issue de ce délai, l’œuvre entre dans le domaine public.

Source Wikipedia

Deux visions qui vont continuer à se différencier puisqu’au XXe siècle ce droit sous forme de copyright va s’étendre de façon croissante à de nouvelles formes d’oeuvres, cinéma, jeux vidéo, puis logiciels, dessins et modèles ou bases de données. Voir même actions… (on a breveté le clic de la souris…).

Se croisent donc à un moment précis quatre forces :
– l’extension de la privatisation de l’espace public par le brevetage, le copyright
– La protection accrue au bénéfice de ses vendeurs des oeuvres de l’esprit (pas nécessairement à celui de ses auteurs) par l’extension de la durée d’exploitation notamment
– le développement de l’internet ou les biens culturels sous forme de « bits » sont reproductibles à l’infini par simple copie et deviennent échangeables
– La remise en question d’un accès au patrimoine (l’interdiction de publier/reproduire des oeuvres qui appartiennent pourtant au domaine public et qui en sont issues ) et le développement d’un patrimoine partagé (Wikipedia et d’une certaine façon le p2p).

Toutes les formes de propriétés intellectuelles deviennent partageables, bouleversant une équilibre vertical (du vendeur à l’acheteur) pour une mise à disposition plus horizontale (de tous vers tous). Cette perte de contrôle est inacceptable pour l’ancienne génération… conflit générationnel donc… et face à cette rigidité et cette violence vont naître de nouveaux acteurs (conflit culturel)

0 1177

C’est un coup de coeur absolu du jour pour cette musique mélangeant l’oud et le jazz, du Dhafer Youssef Quartet…
Chanteur et joueur de oud tunisien, Dhafer Youssef est l’un des musiciens les plus fascinants de la scène actuelle, alliant une musique enracinée dans la tradition musicale soufie et ouvert à de multiples influences, il fait fusionner l’univers des musiques improvisées, notamment du jazz européen.

Sillonnant l’Europe et les États-Unis depuis plus de dix ans et au fil des albums, Dhafer Youssef a créé un style très personnel résidant dans l’approche poétique de son jeu et la puissance sa voix, un chant profond et incantatoire, incomparable dans le registre suraigu.

1 8668

Alors que l’énergie électrique n’en était qu’à ses débuts, un débat sur l’éclairage urbain proposa la construction de tours géantes censées éclairer la ville de façon « permanente »… « comme la lune » (d’où leur nom de tours moonlight – lumière lunaire). Si aujourd’hui la réfléxion s’oriente plus sur comment éviter de polluer trop la nuit avec trop de lumière et comment économiser de l’énergie, à l’époque la question se posait en terme de réflexion sur la refonte de l’infrastructure des villes auparavant basée sur un éclairage au gaz. Multiplier les petites sources lumineuses des lampadaires ne semblait pas avoir de sens, alors que concentrer celles ci dans une structure limitait le câblage, simplifiait la gestion…

Dès lors certaines villes se sont tournées vers les « Tours Moonlight », des tours massives avec des lampes en arc au sommet. Les lampes à arc ont été les précurseurs de l’utilisation répandue de l’ampoule électrique moderne. Dans l’ampoule à incandescence moderne, l’électricité traverse un filament minuscule, qui brille mais ne parvient pas à brûler parce que l’intérieur de l’ampoule manque de l’oxygène nécessaire à la combustion. Les lampes à arc n’avaient pas de filament. Elles furent inventées dans les années 1850 par Sir Humphry Davy, qui fit la connexion deux morceaux de charbon de bois reliés à une batterie et les fit approcher de concert pour en faire un circuit. Juste avant les bouts de charbon de bois ne se touchent, la lumière fit un bond entre eux. Il fallu plusieurs décennies d’expérimentation avec des morceaux de carbone afin de produire un modèle utilisable.

Dans les années 1890 ces lampes à arc ont été finalement une solution pratique. Mais elles devaient être loin de la tête des gens – d’où des tours et au sommet de structures sur les plus grandes places de la ville. La lumièr générée par plusieurs blocs à la fois, fut même nommée « soleil artificiel ».

L’alimentation individuelle des maisons mit fin à ces besoins d’éclairages monumentaux, et aujourd’hui une seule ville dans le monde possède encore une tour aujourd’hui : Austin, Texas, qui avec 17 tour (sur les 31 à l’origine) connait une histoire particulière…A la fin des années 1800, la ville était terrorisée après une série de meurtres par un tueur surnommé L’Annihilateur et les responsables de l’éclairage ont pensé que cette lumière aiderait à rassurer les gens…

plus d’infos (en anglais) : http://www.lowtechmagazine.com/2009/01/moonlight-towers-light-pollution-in-the-1800s.html

0 1188

S’il n’y avait qu’une seule saga pour motiver assez de fans, de fous furieux et de grands malades pour se lancer dans un remake, chaque fan (ou groupe de fans) ayant droit de recréer 15 secondes du film et d’autres pour remonter tout ça… sans limitation sur le comment technique… en gros vous refaite la scène de 15 seconde que vous voulez… comme vous le sentez (mais en respectant le script)… C’est Star wars.

Le premier épisode de la saga : « A New Hope » en version director’s cut vient de sortir, le remake a nécessité un budget nul… pour un résultat… incroyable, fou, drôle, tragique, bref, inexpliquable… à découvrir ci-dessous !

0 1300

« Heroes and Villains » du graphic designer Josip Kelava est une série de poster mêlant avec talent l’art de la typographie, les super-héros et les références aux films et série de science-fiction, d’Alien ou à Star Wars mais aussi Link de Zelda, un EVA d’Evangelion…
A découvrir ci-dessous ou sur son site

0 1215

En 1999 Lucasfilm et Pepsi ont imaginés ensemble une série de jouets dont la plupart n’ont jamais vu le jour. Si le casque Leia et les pantoufles, semblent avoir été commercialisés ces dernières années, les autres concepts présentés ici sont resté à l’état de projet… ce qui est triste car ils auraient sûrement connus un certain succès.

0 2157

Après les vignettes Panini de la campagne présidentielle 2012, voici le nouveau fake de Golem 13, les Crisebox… Les box sont devenus des cadeaux offrant des activités que l’on trouve un peu partout, et en cette époque de déprime économique, voici venir la crisebox, une bonne dose d’humour noir sous laquelle perce la critique sociale et le consumérisme devenu religion…

A découvrir ci-dessous ou chez Golem13